Ça y est c’est enfin les vacances. Et cette année direction les tropiques sur la magnifique île aux fleurs.

Une destination de rêve dont j’ai toujours entendu parler et dont on a pas cessé de me vanter les mérites.

J’adore les voyages, découvrir de nouvelles cultures, de nouvelles expériences… apprendre, s’ouvrir à de nouveaux horizons, voir le monde sous un autre spectre.

Ce sont des expériences riches d’un point de vu humain, culturel, intellectuel. Pour une personne super curieuse comme moi, c’est le moyen idéal pour étayer ma soif de découvrir, d’apprendre et d’élargir ses horizons.

J’aime les voyages, aller à l’aventure, vers une destination jusqu’ici inconnu et l’explorer avec mon propre regard, mes propres mises en perspectives.

Toutefois, l’étincelle de l’aventure peut parfois être éteinte par les circonstances de la vie, un voyage qui tourne mal, un accident, une tragédie et là c’est la peur qui s’installe, le doute, l’anxiété. On n’ose plus, on ne veut plus, on est traumatisé, dépouillé, démuni.

Ce qui pour nous était avant un rêve et suscitait de l’excitation peut se transformer en cauchemar. Les aéroports, les avions, les routes… deviennent alors sources de stress, d’angoisse, de panique…

On rejoue la scène dans nos têtes comme si à chaque nouvelle tentative les mêmes schémas se reproduisaient.

Pourquoi je te parle de ça? Parce que je connais bien trop même cette sensation. L’angoisse et l’anxiété sont des copines traitresses.

Elles s’installent chez toi sans invitation et leur seul but, te pourrir la vie et te faire passer à côté des belles opportunités que la vie veut t’offrir.

La peur nous maintient captif, la peur nous prive de notre liberté. Liberté de vivre pleinement. La peur nous embrigade loin des projets merveilleux qui ont été appelés sur notre vie.

Je suis en vacances! Après plus de 8 heures de vol, j’y suis parvenue.

En apparence rien de brave, pas de quoi sauter au plafond. Mais pour moi c’est une petite victoire sur l’angoisse, l’anxiété. Peut importe le nom que tu lui donnes le dénominateur commun reste le même : la peur.

J’aime les voyages, j’aime cette sensation d’aller à la conquête du monde. A présent, je vais aussi à la conquête de mes peurs, de mes craintes de mes croyances limitantes.

A priori, les choses que nous espérons se trouvent de l’autre côté de la peur. Il faut donc du courage et pour citer Nelson Mandela, « le courage n’est pas l’absence de peur mais la capacité de vaincre ce qui fait peur. »

Autrement dit, affronter, confronter ses peurs. Pure conception de notre propre raisonnement.

« Le courage n’est pas l’absence de peur mais la capacité de vaincre ce qui fait peur. »

Nelson Mandela

Pleine d’expectatives pour cette nouvelle aventure, que je compte bien partager avec toi.

Welcome To Madinina


Publié par mamzellelyvia

Je m'appelle Lyvia une petite boule d'énergie et de dynanmisme. Passionnée d'écriture, de musique, de décoration et résolue à devenir la meilleure version de moi même.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :